Blog Maçonnique - Première version

Depuis le 3 novembre 2006, la nouvelle version du Blog Maçonnique se trouve à l'adresse www.hiram.be. Vous pouvez cependant continuer à commenter ces articles.

26 janvier 2006

Le Rite Écossais Rectifié, Rite Maçonnique Templier et Chevaleresque

Voilà l'intitulé d'une des conférences du cycle "Aspects de la Franc-Maçonnerie" (cycle "Culture & Traditions…" organisées par l'Extension ULB Eau d’Heure  en collaboration avec le Centre de Culture Scientifique  (ULB). Cette conférence sur le R.E.R. aura lieu le 10 mars 2006 à 19h au Centre de Culture Scientifique  à Couillet (Campus ULB de Parentville, rue de Villers, 227 , 6010 Couillet – plan d'accès). Renseignements : +32 (0)477./82.52.95– jdelande@ulb.ac.be).

Les organisateurs présentent ainsi si le R.E.R. :

Le Rite Écossais Rectifié est le plus ancien rite maçonnique de France. Il date d’avant 1778 tandis que le Rite Français n’apparaît sous cette dénomination qu’en 1801 et le Rite Écossais Ancien et Accepté en 1804.

Ce rite, le R.E.R., est un système composite, tel le R.E.A.A., issu de la Maçonnerie classique de Lyon, mais enrichi par la doctrine théurgique de Martinés de Pasquallyet ses "Elus Coëns" (de l'Univers), structuré ensuite par l’exemple de la Stricte Observance Templière (S.O.T.) de Karl von Hund, dite encore la Réforme de Dresde.

Le système complet est atypique. Il comporte quatre grades symboliques : l’apprenti, le compagnon, le maître, et le maître écossais de Saint André. Ce dernier relève d’un Directoire Écossais et marque le passage de l’Ancien au Nouveau Testament grâce à l’intercession de Saint-André.

Ce grade fait quitter le Temple de Salomon pour donner accès à l’Agneau Triomphant de la Jérusalem Céleste, dans un rituel somptueux inspiré par l’Apocalypse de Jean de Patmos. Il conduit à la classe (et non au grade) d’Écuyer Novice, stade probatoire menant certains à la classe des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte. Ces deux derniers états de l’être forment l’Ordre Intérieur du Temple où l’on entre par une cérémonie d’armement, et sont d’ailleurs organisés comme un ordre de Chevalerie. Ils n’ont plus rien de maçonnique si ce n’est qu’il faut être franc-maçon pour y entrer.

Enfin, le rite est resté chrétien, comme l’étaient tous les rites sous l’Ancien Régime. Ceci n’implique pas, en Belgique, qu’il faille l’être pour y entrer ou y rester. Mais il faut respecter ce caractère traditionnel, qui par ailleurs, ne se réfère à aucune confession particulière se revendiquant du christianisme. Le grade de Maître Écossais de Saint André est accessible à tout frère Maître depuis un an au moins, quel que soit son rite. Ce n’est pas le cas dans tous les pays. Il suffit chez nous d’être un Homme de Désir, selon Louis-Claude de Saint-Martin.


L'orateur de cette conférence sur "Le Rite Écossais Rectifié, Rite Maçonnique Templier et Chevaleresque" sera Jean Van Win. Cet historien amateur est spécialisé dans le XVIIIe siècle et les sociétés de pensée dont notamment les rituels maçonniques anciens. Auteur d'articles, de conférences, d'émissions de radio et de télévision sur Mozart. Il est membre du "Mozarteum de Salzburg", directeur de collection chez Eder, traducteur et agent d’auteurs. Quelques-uns de ses écrits :

Articles in Acta Macionica (Actes annuels publiés par la Loge de Recherches Ars Maconnica de la Grande Loge Régulière de Belgique à Bruxelles, dont il est l'actuel Vénérable Maître). Numéros :

  • 6 : L'agonie des hauts-grades du rite français, (pp 327-349).
  • 7 : La musique dite maçonnique, (pp 319-336).
  • 9 : Réflexions sur la houppe dentelée, (pp 331-338).
  • 10 : Un rituel inédit de langue française, daté de 1758, (pp 77-144).
  • 11 : Le rituel de réception au grade d'apprenti de Mozart et ses épreuves purificatrices.
  • 12 : Le docteur Rose Croix Paul Gachet et Vincent van Gogh.
  • 13 : Le " Très Illustre Frère " Léopold de Saxe-Cobourg, 1er roi des Belges.
  • 14 : La Lumière.
  • 15 : Les prières en loge dans la franc-maçonnerie d’esprit français du XVIIIe siècle.


Pour le théâtre, il est l'auteur avec Jérôme Van Win de la pièce "Mozart assassiné" d’après "Mais qui a tué Mozart ?" (traduit par ses soins) de Francis Carr. Cette thèse hardie, s’inspirant librement de l’essai de Francis Carr, décrit le complot maçonnique qui dissimula longtemps les causes réelles de la mort inexpliquée de Mozart. Elle tint l’affiche au théâtre du Parc à Bruxelles pendant un mois en 1977. Elle est inédite à ce jour.

Il a également  donné de nombreuses conférences sur le Rite Français, les Hauts Grades du Rite Français, la musique dite maçonnique, les Tracés au sol de l’Homme Sacré, etc….


 

 

Posté par jiripragman à 07:00 - Sites divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire