Blog Maçonnique - Première version

Depuis le 3 novembre 2006, la nouvelle version du Blog Maçonnique se trouve à l'adresse www.hiram.be. Vous pouvez cependant continuer à commenter ces articles.

10 octobre 2004

Abelkader, Franc-Maçon ou non ?

Les habituelles listes de Francs-Maçons célèbres ne manquent pas de citer l'Emir Abelkader (Mascara 1808 – Damas 1883). Pourtant, lors d'une conférence-débat intitulée "L'Emir Abdelkader, résistant et humaniste"et évoquée par la Tribune d'Alger (cf. allAfrica.com), les conférenciers, mis l'accent sur le fait que l'Emir Abdelkader n'était pas franc-maçon, se référant en cela à divers manuscrits de l'époque. "Des francs-maçons français ont voulu le convaincre de faire partie de cette confrérie comme ils l'ont fait avec Djamel Eddine Al Afghani mais il s'y est farouchement opposé". La forme de l'initiation maçonnique est contestée dans le site musulman Oumma; on y trouve également des citations intéressantes sur l'attitude des Loges par rapport au monde arabe.

Abdelader (ou Abd El-Kader) est considéré comme un héros fondateur de la nation algérienne. Adversaire acharné de la France pendant la période 1832-1847, Après sa reddition il fut interné en France jusqu'en 1852 et libéré par le prince Louis-Napoléon. A Damas, il accorda sa protection à des milliers de chrétiens lors des troubles interconfessionnels en 1860. Napoléon III conféra à l'émir le grand cordon de la Légion d'honneur. La Loge Henri IV du Grand Orient de France lui proposa l'initiation maçonnique.

Dans une lettre du 16 novembre 1860 adressé à l'Emir, elle mettait en avant le caractère déiste et humanitaire de la Maçonnerie, reconnaissait à Abd el-Kader les qualités du Maçon. Elle lui offrait en hommage le bijou symbolique de la Loge et lui proposait finalement de le "compter au nombre des adeptes de notre grande institution". En février 1861, Abd el-Kader répondit qu'il considérait avoir "découvert là les vrais trésors du monde" et que, ses croyances se trouvant en conformité avec celles que professait la Maçonnerie, il demandait quelles seraient les conditions et les obligations qui lui seraient imposées. La loge Henri IV envisagea alors une initiation par correspondance (autorisée par les règlements alors en vigueur) et demanda à Abd el-Kader de répondre à 3 questions. L'émir répondit longuement et de manière hautement philosophique. Une crise qui devait aboutir à la nomination du maréchal Magnan comme Grand Maître devait retarder l'initiation d'Abd el-Kader. Par la suite, il n'est plus question d'initiation sans présence effective. A la demande de la loge Henri IV, la Loge Les Pyramides, à l'Orient d'Alexandrie, accepta de procéder à l'initiation de l'Emir au nom de la loge parisienne. La cérémonie eut lieu le 18 juin 1864. Contrairement aux règles habituelles, Abd el-Kader se vit conférer en même temps les 3 premiers grades. A Paris, la Loge Henri IV décida de convoquer une tenue solennelle en l'honneur du nouvel initié. On y exprima l'espoir d'arriver par l'Emir à constituer en Orient des loges indigènes dont le but serait "la régénération sociale de toute la race arabe".

En 1865, au cours de son voyage en France, Abd el-Kader prit contact avec la Maçonnerie française. A Amboise, il déclara qu'il considérait "la Franc-Maçonnerie comme la première institution du monde". Devant les Maçons de la Loge Henri IV, il affirma être "convaincu que c'était la plus admirable institution de la terre", tout en soulignant qu'elle aurait des difficultés à prospérer en Orient par suite du manque de liberté.

Même si Abd el-Kader est porté comme membre honoraire de la loge La Syrie, à l'Orient de Damas, il ne semble plus avoir d'activité maçonnique par la suite. La cause de cette attitude peut être recherchée dans la situation politique locale mais, surtout, dans l'évolution même de la Franc-Maçonnerie française. Celle-ci avait en effet abandonné progressivement la philosophie religieuse pour une philosophie laïque étrangère à l'esprit d'Abd el-Kader qui avait vu dans l'institution maçonnique une société de pensée pouvant être le trait d'union entre chrétiens et musulmans.

(source : "Dictionnaire de la franc-maconnerie" de Daniel Ligou)

Posté par jiripragman à 12:05 - Sites divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire