Blog Maçonnique - Première version

Depuis le 3 novembre 2006, la nouvelle version du Blog Maçonnique se trouve à l'adresse www.hiram.be. Vous pouvez cependant continuer à commenter ces articles.

07 septembre 2006

Des documents maçonniques dans les brocantes

C'était une brocante en région bruxelloise. Sur le sol, une pile de livres parmi lesquels "Trois points c'est tout" ou "Les mémoires de l'ancien Grand Maître du Grand Orient de France", Fred Zeller (GM de 1971 à 1973). Soit 478 pages pour 2 euros (mais la couverture est abimée).

En page de garde et en 3e de couverture, le livre porte le cachet (triangle, étoile, poignée de mains, mentions 1841 et 1977, devise "Liberté - Tolérance - Fraternité") de L'Etoile des Ardennes, un Atelier du Grand Orient de Belgique dans les Ardennes. On a ajouté à la main la mention "N°016". Il est vraisemblable que ce livre appartenait à la bibliothèque de l'Atelier. Mais comment un ouvrage appartenant à une Loge ou à Franc-Maçon peut-il atterrir dans une brocante ou sur ebay ?

Le cas malheureusement le plus fréquent est celui de Francs-Maçons qui décèdent en disposant chez eux de livres appartenant à la Loge ou de documents maçonniques qui ne sont pas destinés à tomber dans le domaine public (revues de l'Obédience, courrier de la Loge, dossiers de candidatures,...).

Quand un décès survient, il arrive que les proches - s'il y en a - méconnaissent la qualité maçonnique du défunt ou ne la prennent pas en considération. C'est ainsi que peuvent fiinir dans les poubelles ou être emportés par des vide-greniers des décors et objets rituelliques (tablier, gants, baudrier, bijou de Loge ou d'Officier dignitaire, maillet, épée,...) ainsi que des livres et autres documents.

Il est donc souhaitable que les Maçons laissent des instructions en cas de décès - non seulement sur le type de funérailles qu'ils souhaitent - mais aussi sur la destination des documents maçonniques en leur possession. Certains Maçons ont réuni des ouvrages maçonniques actuels et anciens; ils peuvent demander à ce qu'ils soient remis au Bibliothécaire de leur Atelier ou à une bibliothèque maçonnique (comme la bibliothèque maçonnique John Bartier à l'Université Libre de Bruxelles) ou à un centre ou institut de documentation, recherche ou étude maçonnique (CEDOM à Bruxelles).

Posté par jiripragman à 07:00 - Sites divers - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci pour ce rappel...

    Merci Jiri de nous rappeler ces principes fondamentaux, garantie de notre discrétion...

    A cet égard, j'ai vu pire!
    J'ai découvert, il y a quelques mois, sur e-Bay une carte d'identité VIERGE de Maçon du GOB...

    J'ai envoyé un message au vendeur, lui signalant que je trouvais dangereux de vendre à n'importe qui une carte d'identité, attestant l'appartenance...
    Il m'a répondu très gentiment qu'il ne s'était pas rendu compte de ce danger, et a retiré l'objet de la vente.

    Soyons donc vigilants...

    BF,

    Philou,

    Posté par philou85, 07 septembre 2006 à 08:59
  • Testament ...

    Que ne trouve-t-on pas sur les brocantes. Il y a quelques années, un F n'a-t-il pas trouvé en vente des revues du G.O.B. Et que dire des tabliers ? Et Bruxelles a dû trouver une solution pour ce genre de problèmes. Dernièrement, un jeune compagon me montrait des tabliers qu'il avait achetés en brocante et il ne savait évidemment ni à quelle obédience ni à quel grade ils correspondaient. Quant aux livres, trop de FF font preuve de négligence, empruntent et ne rendent pas le livre, ce qui implique l'obligation d'encoder la bibliothèque de même que les sorties de ces livres et la durée du prêt. Quant aux documents plus officiels, il n'y a aucune raison qu'ils sortent de l'atelier. Que des documents plus anciens soient consultables, d'accord mais au sein de l'atelier et sous la "surveillance" de l'Archiviste - Garde des Sceaux et sans qu'ils ne puissent être emportés. Il suffit d'appliquer la loi et les règlements en vigueur dans les dépôts ooficiels d'archives par exemple, de rédiger un règlement d'ordre intérieur. Mais force est de constater que même des Vénérables qui possèdent des documents, ce qui se comprend pour les dossiers de candidature ou la correspondence, négligent, en sortant de charge, de déposer ensuite ces documents aux archives de la Loge et conservent des documents qui ensuite se perdent ou se retrouvent en brocante. Quant aux dossiers de candidature, pour prendre un exemple, ne doivent-ils pas d'ailleurs être détruits, au moins en partie en tout cas. Peut-être que dans le testament (document officiel qui existe et que chacun peut rédiger) une rubrique devrait-elle ajoutée concernant livres, documents, objets que le F. possède. J'avoue, que de mémoire, je ne souviens plus si elle est prévue. Malheureusement, nous devons bien constater que trop souvent la distraction, voire la négligence entachent le comportement de certains.

    Posté par Phitra, 07 septembre 2006 à 09:32
  • Bonne idée !

    Ca m'étonne et je dois dire aussi que ça m'irrite toujours un peu, de voir qu'on retrouve sur eBay tabliers, bijoux, rituels et accessoires de loges.
    Encore aujourd'hui, sur eBay, un diplôme de franc-maçon de 1931, l'autre jour un passeport maçconnique de 1930 sans compter les tabliers et bijoux.

    Et j'aime bien l'idée de demander aux FF de faire en sorte d'informer leurs héritiers de la bonne façon de disposer de ces objets: bibliothèque ou musée maçonnique ou encore à une loge.

    René

    Posté par René, 07 septembre 2006 à 11:26
  • Vigilance

    En effet, il faut être vigilant mais n'oublions quand même pas, que ce ne sont pas les décors qui font le maçon.

    Posté par amnesiac, 07 septembre 2006 à 22:56
  • Pire que cela!

    Il y a plus de trente ans de cela, j'ai constaté qu'une loge avait préparé un tas de documents, du genre "règlements de table" (17..) - consécration du nouveau temple - etc., pour être jetés à la poubelle! J'ai récupéré les susdits documents et les ai rendu plus tard à la loge, après les avoir lus, et j'ai conseillé de ne plus agir de cette manière.

    Posté par Jacques Cécius, 08 septembre 2006 à 09:25
  • Un livre d'architecture sur ebay

    Il y a trois ans, j'ai acheté sur eBay (trois fois rien, rassurez-vous) un livre d'architecture d'un Cons:. Phil:. parisien relevant du GCDR, quinze années de travaux aux Hauts Grades (1971-1985), avec des noms connus et toujours vivants.
    Là, ce n'est plus de la négligence...

    Quant aux décors, il y a peu, un individus s'est débarrassé de véritables merveilles ! Mais alors à des tarifs très prohibitifs !

    Posté par Prag Meieb, 08 septembre 2006 à 20:05
  • D'accord pour la vigilance quand il s'agit des "noms vivants", mais pourqoui un profan ne pourrait-t-il pas avoir un ancien tablier pour encadré comme une pièce d'art ? Si vous dites non, il faut aussi fermer nos musées et expositions pour les profanes et comme cela les "antis" diront de nouveaux que notre "organisation discrete" est une "organisation secrete". Les objets, livres et même les cartes d'identité vierges ne font pas le Maçon. Soyons vigilants, mais pas parano !

    Posté par JaLa, 09 septembre 2006 à 21:48
  • A distinguer

    Je pense qu'il faut distinguer les décors - que chacun peut acquérir neufs dans des boutiques en ligne ou d'occasion sur ebay ou ailleurs - des documents maçonniques qui appartiennent à une Loge (livres de la bibliothèque) et, certainement, des documents portant des noms et, particulièrement, de tiers personnes.

    En clair, si je meurs aujourd'hui :
    - mon épouse (profane) se retrouve en possession d'une bibliothèque maçonnique (va-t-elle la vendre ? va-t-elle l'offrir ?), des revues de mon Obédience (idem);
    - mais aussi d'un dossier de candidature de profane (lettre de candidature, lettres de FM sur ce candidat, rapports de FM qui l'ont visité,..) que je dois visiter. Saura-t-elle que faire pour éviter que ce dossier ne sorte pas de chez moi ? Saura-t-elle réagir alors que, évidemment éperdue de douleur* -, elle sera confrontée à la demande du Vénérable Maître qui souhaitera récupérer ce dossier ?

    * On le serait pour moins.

    Posté par Jiri Pragman, 10 septembre 2006 à 07:58
  • Médaille en brocante

    Je suis profane, pour l'instant,
    J'ai trouvé une médaille de la GLDF en brocante dimanche dernier. Après discussion avec le vendeur, il s'agissait d'une succession où toutes les archives de la personne étaient à vendre. J'ai laissé ma carte pour sauvegarder l'essentiel et le rendre à la loge d'origine si possible, mais je n'ai pas eu l'assurance d'être contacté. On m'a, en revanche, conseillé de faire bien attention à ne pas tomber "là de dans" sous peine de détruire ma famille. J'ai répondu que j'étais collectionneur et sans aucune envie de "tomber"
    Ce fil m'a aidé à savoir ce qu'il fallait préserver en priorité, ce qui finalement n'est que pure logique.

    Posté par quicumquedubitat, 20 septembre 2006 à 15:40
  • merci les brocantes!

    Sans vouloir être provocateur et tout en partageant les légitimes soucis de confidentialité par rapport à nos documents,décors et autre objets maçonniques, je tiens a remercier Jiri qui nous permet de récupérer un livre sorti et jamais rentré de notre bibliothèque.Dans le même ordre d'idées, nous avons eu le bonheur de récupérer,il y a quelques années et grâce à un Frère "chineur" de la GLRB, tous les documents ORIGINAUX attestant de la création de notre atelier datant de 1841!!!...merci les brocantes... un vrai "miracle"!!
    Etoile

    Posté par Etoile, 03 novembre 2006 à 17:25

Poster un commentaire