Blog Maçonnique - Première version

Depuis le 3 novembre 2006, la nouvelle version du Blog Maçonnique se trouve à l'adresse www.hiram.be. Vous pouvez cependant continuer à commenter ces articles.

04 juillet 2006

Une notion dévoyée de la Franc-Maçonnerie

Booste le trafic de ton blog avec BoosterBlog.com !

Le Nouvel Observateur du 4 juillet 2006 comprend un article (d'après AFP) intitulé "Marseille : deux policiers "dévoyés" condamnés à de la prison ferme". Ces policiers "avaient voulu, sur fond de relation maçonnique, volé au secours de l'un de leurs amis, entrepreneur dans le Vaucluse, poursuivi pour viol et qui devait comparaître trois semaines plus tard devant la cour d'assises". Accusés d'intimidation sur la victime de ce viol, ils ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Marseille à des peines de 2 ans de prison (dont 1 an ferme) et 3 ans de prison (dont 2 ans ferme). Ils se voient interdits d'exercer toute fonction publique pendant 5 ans et sont privés de leurs droits civiques, civils et de famille pendant cette période. Ils devront verser solidairement 15.000 euros de dommages et intérêts à la victime.

Cette information est également relayée dans Le Figaro ("Marseille : prison ferme pour deux policiers "dévoyés").

Posté par jiripragman à 12:40 - Dans la presse - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    Si ces personnes avaient fait partie du même club sportif, aurait-on écrit que "ces policiers avaient voulu sur fond de relation tennistique (cycliste, footballistique ou autre) voler au secours de leur ami" ? Evidemment, c'est bien moins vendeur...

    Mais quand donc un "certain" journalisme comprendra-t-il qu'il y des berbis galeuses partout, y comprit en maçonnerie ? Poser la question ne revient-il pas à y répondre ?

    Posté par Stéphane, 04 juillet 2006 à 14:32
  • brevis galeuses

    Tout d'abord est-il prouvé quer la f-m a quelque chose a voir avec cette affaire?
    Depuis quelques années la presse, même qualifiée de progressiste, attaque la maçonnerie... C'est un thème porteur.

    Posté par Jacques Cécius, 04 juillet 2006 à 18:08
  • Bonsoir,

    Entièrement d'accord avec les deux commentaires précédents. En outre, si la "grande" presse écrite avait encore pour finalité d'informer ses lecteurs, je crois que ça se saurait...

    TAF

    Fred37

    Posté par Fred37, 04 juillet 2006 à 18:36
  • Ménage à trois

    Cet intérêt de la presse pour les liaisons dangereuses maçonniques serait sans doute moins soutenu si les maçons ne prétendaient pas s'engager à respecter et à promouvoir des valeurs morales élevées...

    Prenons ce genre d'affaires sous un angle constructif. Elles sont une excellente incitation pour les maçons à faire le ménage dans leurs loges et leurs obédiences.

    Une fois le ménage fait, il sera ensuite toujours temps pour des maçons ayant gagné en crédibilité de suggérer au législateur de donner à la profession de journaliste une organisation en ordre professionnel, comparable à celle des médecins, des experts-comptables et des avocats. Et ce genre de marronniers ne sera plus qu'un mauvais souvenir...

    Posté par Fredus, 04 juillet 2006 à 20:06
  • Oui mais...

    La Franc-Maçonnerie n'est pas derrière cette histoire, à n'en point douter, mais les liens particuliers de l'Ordre n'entraînent-ils pas une forme d'entr'aide - base de la fraternité maçonnique - qui peut déraper dans certains cas ?

    Ce qui prouve bien que la qualité de franc-maçon se mérite et ne se porte pas en sautoir...

    Frat.

    Willy

    Posté par Willy, 04 juillet 2006 à 20:58
  • Faut-il vraiment s'en prendre à la presse ?

    Sans vouloir faire de corporatisme, je ne pense pas adéquat de s'en prendre à la presse dans cette affaire-ci. Il ne s'agit pas d'un "dossier spécial" de saison mais de la relation de faits qui ont donné lieu à une condamnation.

    Si un "fond de relation maçonnique" est cité dans la dépêche, il est vraisemblable que cet élément a joué et a été cité dans l'enquête.

    A mon sens, le problème ici n'est pas la presse mais une "solidarité" mal comprise.

    Posté par Jiri Pragman, 04 juillet 2006 à 22:01
  • Bonsoir Jiri,

    Comme nous le disait clairement Stéphane (1er commentaire), si les personnes condamnées par le TC de Marseille s'étaient rencontrées au sein d'un club de pêcheurs à la ligne, leur appartenance audit club n'aurait jamais été divulgué par les médias...

    Frat.

    Fred37

    Posté par Fred37, 05 juillet 2006 à 19:56
  • Appartenance

    Comme je l'écrivais plus haut, la presse ne révèle rien ici. Elle ne fait que rappeler un élément qui a dû être soulevé au tribunal.

    Le problème n'est pas la question de l'appartenance (à la même Loge, club-service, club de sport, chorale, fabrique d'église,...) mais le soutien que les policiers ont cru ici devoir apporter à un Frère, en usant de leurs pouvoirs.
    Autrement dit, c'est un dévoiement (comme l'a bien titré la dépêche) du devoir d'assistance entre Francs-Maçons. Celui-ci ne doit pas s'effectuer en contradiction avec les lois du pays ou la Loi morale.

    Posté par Jiri Pragman, 05 juillet 2006 à 22:33
  • D'accord avec toi, Jiri, il s'agit bien d'un dévoiement du devoir d'assistance entre FF. Nous, maçons, sommes à même de le comprendre ainsi, mais qu'en est-il des profanes ?

    Ce genre d'articulet prouve, une fois de plus, que l'image publique de la franc-maçonnerie est ambiguë : d'un côté, on nous dit affairistes, carriéristes, intrusifs; de l'autre, on attend de nous d'être parfaits puisque qu'on souligne à l'envi tout écart de conduite d'un F.

    Lorsque des joueurs de football (collons à l'actualité "mondialesque") sont accusés d'avoir été achetés par l'équipe adverse, personne ne soupçonne l'ensemble des adeptes du ballon rond d'être des vendus. Par contre, qu'un F s'écarte du droit chemin, et paf !, c'est toute la FM qui trinque. Je ne sais pas comment les FF et SS vivent cela, mais moi, "plus jeune et dernier apprenti" de ma loge, j'ai parfois un peu de mal à digérer.

    Enfin !, comme l'écrit Fredus, cela devrait nous inciter à balayer devant notre porte.

    Posté par Stéphane, 06 juillet 2006 à 08:07
  • Double appartenance

    Désolé, mais le problème est aussi la double appartenance. Si ces policiers n'avaient pas été frères du violeur ET policiers, ils n'auraient pas pu se lancer dans cette entreprise de soutien douteux.

    Ce genre d'agissement fait beaucoup de mal au crédit de la maçonnerie.

    Au demeurant, le devoir de fraternité ne signifieen aucun cas qu'il faille chercher à entraver le cours de la justice de son pays.

    Après cette sanction pénale, ce dévoiement appelle en outre une double sanction disciplinaire: côté police (révocation), et côté maçonnerie (radiation).

    Quant au frère auteur du viol, il s'est sanctionné lui-même. Son suicide sonne comme un aveu.

    Posté par Fredus, 06 juillet 2006 à 13:12
  • "Quant au frère auteur du viol, il s'est sanctionné lui-même. Son suicide sonne comme un aveu."

    Un suicide n'est jamais un aveu, mais souvent un acte désespéré lorsque ce n'est pas un meurtre maquillé en suicide.
    On voit bien là l'éloquence maçonnique qui a définitivement perdu de tout son éclat dans ce pays qu'est la France.

    Posté par JEAN, 11 juillet 2006 à 17:47

Poster un commentaire