Blog Maçonnique - Première version

Depuis le 3 novembre 2006, la nouvelle version du Blog Maçonnique se trouve à l'adresse www.hiram.be. Vous pouvez cependant continuer à commenter ces articles.

31 octobre 2005

Visite aux cousins Compagnons

Le Compagnonnage et la Franc-Maçonnerie ne doivent pas être confondus. Même si on retrouve des Compagnons chez les Maçons et vice-versa ! Certes, le vocabulaire et les outils sont similaires mais les raisons d'être... et de subsister de ces Fraternités sont différentes.

La Franc-Maçonnerie est spéculative, le Compagnonnage est clairement opératif. Alors que la Franc-Maçonnerie n'a (ne devrait avoir) aucune retombée professionnelle, il en va tout autrement du Compagnonnage considéré comme "une alternative originale de formation continue et de mutualisation des moyens de recherche". Il ne s'agit plus seulement de métiers tels que tailleur de pierre, serrurier ou menuisier. Le Compagnonnage d'aujourd'hui comprend des métiers comme chauffagiste, pâtissier, informaticien, formateur ou graphiste.

Pour en savoir plus sur le Compagnonnage, il est vivement conseillé de se rendre à l'exposition "L'initiation compagnonnique au service de mes projets" présentée à l'Espace Wallonie de Bruxelles (rue Marché-aux-Herbes, 25-27) jusqu'au 10 novembre 2005. L'exposition présente des outils, des documents, des chefs d'oeuvre liés bien sûr au Compagnonnage. Des textes très clairs sont affichés et expliquent ainsi les 9 étapes qui balisent la vie d'un Compagnon.

Les textes sont intégralement repris dans la brochure éponyme éditée par le Conservatoire Compagnonnique des Métiers (et disponible gratuitement pendant l'exposition). Une visite guidée est vivement conseillée car vous pourrez ainsi bénéficier des commentaires éclairés d'un Compagnon.

  • Visites guidées : +32 (0)2 506 43 40 ou 41

On ne peut que conseiller aux Francs-Maçons de visiter cette exposition qui devrait les interpeller sur leurs propres méthodes d'instruction.

Cette exposition sera également présentée à Charleroi (février 2006), Liège (novembre 2006) ainsi qu'à Verviers, Namur, Avignon, Paris, Tournai (dates non précisées).

Pour en savoir plus sur le Compagnonnage :

2005 est l'année du bicentenaire d'Agricol Perdiguier (Avignonnais-la-Vertu), Compagnon, écrivain, Franc-Maçon et député français, auteur en 1839 du "Livre du Compagnon" (en téléchargement gratuit)

(mise à jour : 3 novembre 2005)

Posté par jiripragman à 07:07 - Commentaires [22] - Permalien [#]

Commentaires

    Ordo ab chaos

    A vous tous mes frères et cousins,
    ces discussions sans fins sur ces deux fraternités si passionnantes, me rappelent encore- si besoin est- combien d'une part l'amalgame et d'autre part les luttes de pouvoir, font que l'amour la beauté et la sagesse restent des buts, sinon des utopies...
    Fraternellement
    PG

    Posté par Pierre Gaudin, 24 janvier 2008 à 19:26
  • Halte aux faux Compagnons

    Oui, le Compagnonnage ne doit pas être confondu avec la Franc-maçonnerie.
    Justement, la Confédération des Enfants de Salomon (qui organise l'exposition à Bruxelles) n'est pas une organisation compagnonnique « régulière », pour reprendre un terme maçonnique. C'est une nouvelle fois un ramassis de spéculatifs qui, ayant probablement réussi à incorporer quelques « opératifs » en rupture de ban (et pourquoi donc ?) ou à récupérer aux Puces quelques vieux rituels, se la jouent et s'imaginent capable de restituer au Compagnonnage une dimension initiatique plus authentique.
    Demandez donc au conservateur du Musée du Compagnonnage à Tours ce qu'il pense de la manière de procéder de ces soi-disants « Enfants de Salomon » ! Demandez donc également au Musée du Compagnonnage de Romanèche-Thorins ! (Au passage, je suis surpris de voir que le site de ce dernier n'est pas mentionné. A noter aussi que n'est pas non plus mentionné celui de Jean-Michel Mathonnière : www.compagnonnage.info, pourtant peu suspect d'être un anti-Maçon.)
    Petit conseil (de Frère et de « cousin » tout à la fois, sans se mélanger les casquettes) : que les Maçons s'occupent de Franc-maçonnerie spéculative et qu'ils laissent donc les Compagnons s'occuper entre eux de Compagnonnage !
    Cela évitera à certains de « spéculer »...
    Accolade fraternelle aux autres.
    La Rose de Venise.

    P.-S. : Avis aux Coteries et Pays qui passeront par ici : dites haut et fort votre ras-le-bol au sujet de ces couillonnades ! Et ne tombez cependant pas dans le piège de l'antimaçonnisme primaire.

    Posté par LA ROSE, 04 novembre 2005 à 10:49
  • Suite

    Mon TCF

    j'ose espérer que tu valideras le commentaire que je viens de poster. Dans le cas contraire, je serai chagriné de penser que tu es complice de cette forgerie pseudo compagnonnique.

    AF.
    La Rose de Venise

    Posté par LA ROSE, 04 novembre 2005 à 10:51
  • Confondons, confondons, il en restera toujours quelque chose...

    Les francs-maçons racontent généralement n’importe quoi au sujet du compagnonnage. Dans la mesure où trop souvent les compagnons du Devoir en font de même au sujet de la franc-maçonnerie, faut-il s’en offusquer ? Oui ! Je suis scandalisé de constater qu’après un préambule pertinent qui dénonce les confusions entre compagnonnage et franc-maçonnerie, figure ici au premier rang des sociétés « compagnonniques » françaises, la Confédération des Enfants de Salomon. Qu’on se le dise : cette organisation n’est pas reconnue par les trois sociétés compagnonniques françaises ! Et quand au fait, souligné dans votre article, que les francs-maçons puissent trouver dans l’exposition « compagnonnique » de Bruxelles matière à les interpeller quant à leurs propres méthodes d’instruction, quoi de plus normal puisque l’enseignement de ces soi-disants « Enfants de Salomon » n’est rien d’autre qu’un salmigondis maçonnique… Il est à cet égard hautement significatif de voir dans la plaquette de cette exposition le parcours compagnonnique schématisé, avec un verbiage pédagogique digne de Swami Etcoeterananda, sous la forme du tableau de Loge du second degré de la franc-maçonnerie !
    Une chose est sûre : ce n’est pas ainsi que l’on parviendra à juguler la montée de l’antimaçonnisme chez les Compagnons de tous les Devoirs.

    Jean-Michel Mathonière
    Historien des compagnonnages.
    Webmestre de et de

    Posté par MATHONIÈRE, 04 novembre 2005 à 11:57
  • De la mesure

    Pour parler franc, je suis atterré par ces commentaires. J'ai rédigé cet article au sortir d'une exposition qui m'a impressionné, et après lecture du livret d'accompagnement. J'ai ajouté à mes impressions quelques liens (mais il m'est reproché d'en avoir oubliés dans un articulet qui n'a pas vocation d'être un dossier sur le compagnonnage). Et voilà que cet article suscite des réactions peu... mesurées, dignes des guéguerres entre Obédiences maçonniques (sur la régularité). Et votre serviteur est soupçonné d'être "complice de cette forgerie pseudo compagnonnique". Faut-il en rire... ?

    Posté par Jiri Pragman, 04 novembre 2005 à 12:51
  • Gémissons, gémissons, gémissons mes frères et cousins

    Vous pouvez être atterré… mais pas par les commentaires ! Je conçois fort bien que vous puissiez avoir été impressionné par cette exposition et cette luxueuse plaquette. C'était bien le but recherché par ses promoteurs. Mais laissez-moi vous dire que quand on prend le risque d'exposer son point de vue sur un blog, on prend aussi celui d'être critiqué. Il faut l'assumer. Comparer les réactions ci-dessus aux guéguerres entre obédiences maçonniques, c'est précisément encore une fois montrer que l'on confond totalement compagnonnage et franc-maçonnerie (et accessoirement qu'on ne comprend guère sur le fond le problème maçonnique de la régularité, quand bien même il peut laisser perplexe dans certains excès). En l'occurrence, ici, le problème est que tu as d'un côté trois sociétés compagnonniques ayant pignon sur rue qui malgré certains désaccords (quelquefois profonds), se reconnaissent mutuellement participer d'un héritage historique et traditionnel précis, attestable par de nombreux témoignages, et d'un autre côté, quelques individus qui usent et abusent de masques pour se faire passer pour ce qu'ils ne sont pas. Que diriez-vous si, côté maçonnique, on essayait de vous faire prendre l'association des Témoins de Jéhova pour une obédience maçonnique ? (C'est vrai qu'il y a des symboles qui posent question !) Vous réfugieriez-vous derrière l'argument des guégerres obédientielles pour lâchement botter en touche et dire « après tout, pourquoi pas ? » Laissez-moi espérer, ô mon « cousin » inconnu, que vous dénonceriez sans ambiguïté la farce !
    Quant à considérer que les réactions ci-dessus ne sont pas « mesurées », c'est à mon sens faire preuve d'un sens de la mesure infinitésimalement mesquin ou bien incommensurablement laudatif !
    Décidemment, à mon avis, mieux vaut en pleurer : gémissons, gémissons, gémissons mes frères et « cousins » !

    Posté par MATHONIÈRE, 04 novembre 2005 à 14:29
  • Par principe

    Par principe, un blog s'expose aux critiques à travers les commentaires, excercice sans doute plus périlleux que celui de gérer un site classique. Ce n'est pas pour autant que je souhaite continuer cette polémique : puisque mon interlocuteur me traite en ignorant pourquoi doit-il s'abaisser à me tenir des propos que je ne peux comprendre vu mon état ?

    Posté par Jiri Pragman, 04 novembre 2005 à 15:26
  • Exposition d'Avignon

    Pourtant, moi j'en remettrais bien une couche ! Quel dommage de ne pas continuer cette polémique. Cela commençait à devenir intéressant.

    Jiri, avoue mon Frère : tu es un Compagnon informaticien de la Confédération des Enfants de Salomon ?

    Petite info en passant : ca m'étonnerait que dans son état actuel l'exposition franchisse la frontière française et vienne s'exhiber en Avignon ! D'ailleurs, les avignonnais qui ont eu la curiosité de se rendre à l'adresse locale des faux Gavots se demandent bien comment elle ferait, l'expo, pour tenir dans une boite à lettres. Peut-être la Confédération envisage-t-elle de s'agrandir dans les mois à venir et de louer le Palais des Papes ? Ou bien se faire fraternellement prêter les beaux locaux de la Fédération Compagnonnique des métiers du Bâtiment ? Ah, ah, ah ! Rions, rions, rions... car c'est vraiment consternant !

    Bon, c'est pas tout. Faut que j'aille bosser jusqu'à minuit dans des lieux finalement pas si bien éclairés qu'on le dit.

    Accolade fraternelle aux vrais enfants de Salomon, de Jacques et de Soubise. Simples gratouilles aux frèro -cousins.

    La Rose de Venise

    Posté par LA ROSE, 04 novembre 2005 à 18:18
  • Et la cordialité dans tout cela ?

    Les trois commentaires postés par le Pays La Rose de Venise et par Jean-Michel Mathonière montrent à quel point chacun d’entre nous accorde énormément d’importance à ce qu’il chérit le plus. Lorsque l’on touche à nos valeurs, l’énergie qu’il faut dépenser pour comprendre l’autre est d’autant plus grande que nous sommes nous-mêmes certains d’être dans le vrai.

    Cela dit…faisons le premier pas.

    Quel est le but de cette exposition ? Avez-vous questionné son commissaire ?
    Qu’y a t’il de si dérangeant dans cette exposition pour susciter de telles réactions ?

    Accepteriez-vous d’y trouver un apport aux nouveaux métiers d’un formidable héritage de savoir être, savoir dire et savoir faire ?
    Accepteriez-vous d’y croiser des Pays et Coteries sincères dans leur démarche différente de la vôtre et très proche à la fois ?
    Pourquoi la limitez-vous à du gargarisme de certains ou de présentations d’objets récupérés aux Puces du dimanche matin ?

    Saviez-vous que des contacts avec la Fédération et l’Union ont eu lieu avant et après le vernissage de l’exposition ? Seriez-vous étonnés alors de savoir que ces derniers ont été constructifs et cordiaux ?

    Jiri Pragman s’est laissé guider à travers l’exposition par moi-même le week-end dernier et je le remercie pour cet article. Il ouvre un débat sur les deux plans « cousins » que sont le Compagnonnage et la Franc-Maçonnerie. Oui le Compagnonnage - sous toutes ses formes - et son héritage peuvent être utiles tant à la franc-maçonnerie qu’à la Wallonie de demain - comme le précise le titre exact de l’exposition -. De même, cette dernière, dépouillée de certaines affaires, peut aussi apporter un autre éclairage à la démarche compagnonnique.

    Pourquoi refuser les différences alors qu’elles ne peuvent que nous enrichir tous ?

    Faut-il continuer à étiqueter des « vrais » et des « faux » compagnons à l’instar des francs-maçons « réguliers » et « irréguliers » ?

    Avant d’en finir avec ce commentaire, je déplore l’image que prend Jean-Michel Mathonière pour comparer cette branche du Compagnonnage à celles qu’il connaît mieux. Il est des parallélismes qu’il est dangereux de s’autoriser à faire… surtout lorsque la Tolérance et la Liberté sont mises à l’honneur. Je reste néanmoins admiratif de son travail et du site qu’il gère.

    En espérant être resté simple, bref, précis et cordial.
    Bien fraternellement,
    Liban-La-Construction-Cordiale.

    Posté par liban, 05 novembre 2005 à 00:24
  • "L'Essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant"René CHAR

    J’habite Morières les Avignon, village de naissance d’Agricol Perdiguier, qui au passage, doit sûrement se retourner dans sa tombe, à la lecture des divers commentaires. La ville a organisé du 20 au 23 octobre le bicentenaire « d’Avignonnais la Vertu » par une exposition intitulée « De la Matière à l’Esprit » hommage à Agricol Perdiguier avec la présence de plusieurs intervenants « compagnons ». Ces rencontres ont permis de mieux cerner le compagnonnage dans sa diversité. Laquelle est aussi contrastée que celle régulièrement reprochée à la Franc-maçonnerie. Entre les « vrais et faux compagnons » « vrais et faux cousins » « les maçons réguliers et les irréguliers », bref un cirque et son chapiteau multicolore de vérités, sympathiques certes, qui s’efforcent de rassembler ce qui est épars, mais avec une prédilection pour la Matière plus que l’Esprit Et les divers commentaires apportés renforcent ce constat
    Merci à Jiri Pragman de rester par son blog , le veilleur et l’éveilleur de nos échanges futurs .Je trinque donc avec la cuvée Bicentenaire Agricol Perdiguier (Côtes du Rhône A.O.C),créée pour l’occasion par le caveau de Morières les Avignon

    Posté par tigron, 05 novembre 2005 à 15:32
  • Le commissaire a la peau lisse !

    Je persiste et signe : quand on n'est pas foutu de dire "Coterie" à une Coterie et "Pays" à un Pays, on est vraiment mal barré pour ce qui est de se prétendre les héritiers de la tradition compagnonnique !!!

    A propos de noms, je serais curieux de connaître ceux des Pays de l'Union et des Coteries et Pays de la Fédé (mais où sont donc ceux de l'Assosse ?) qui auraient répondu favorablement aux prises de contact avec leurs sociétés. J'entends par là les prises de contact en bonne et due forme, c'est-à-dire avec vos titres compagnonniques, pour vous faire reconnaître comme étant de la famille, et pas sous le discret et lisse couvert de "commissaire de l'exposition etc.", pour essayer d'obtenir un peu de matériaux et de bénédictions pour votre exposition. Vous avez bien manipulé vos interlocuteurs mais la farce est finie (essayez donc une nouvelle fois auprès des musées du Compagnonnage). Vous pensiez peut-être que les authentiques Enfants de Salomon étaient tous morts et enterrés : il en reste bien assez pour venir vous demander des comptes et vous botter (très cordialement) les fesses.

    Que des frangins en mal d'opérativité s'amusent à jouer les Compagnons en déambulant autour du tapis et en se foutant le compas dans l'oeil, moi ça me fait gentiment marrer, mais ça ne me dérange pas tant qu'ils restent au chaud dans leurs loges et viennent pas traîner sur mon chantier. Mais qu'ils pensent pouvoir me donner des leçons de compagnonnage parce qu'ils ont fait quelques années d'études spéculatoires de plus que moi, ça me fait beaucoup moins rire.

    Oh, Mathonière, prends-le relais ! Il y a des cousins qui trouvent que tu es déplorable... Bouges-toi ! Faut leur expliquer que pour ta part tu n'as rien contre les nouveaux métiers de l'informatique et les filiations un peu compliquées et discutables. Pour autant que je saches, tu as même une expérience douloureuse à ce sujet. A quand les Compagnons historiens du Compagnonnage ? Ce serait du tout bon pour toi. A moins que tu préfères plus simplement tenter ta chance comme Compagnon graphiste. (Trève de plaisanterie, j'en profite pour te saluer fraternellement.) Ceci étant dit, Jiri a raison : faudrait que tu ouvres un forum ou un blog sur ton site pour qu'on puisse rigoler ! Ah, ah, ah !!! On pourrait par exemple se moquer des spéculatifs...

    Oh, Jiri, mon frère inconnu, t'as toujours pas répondu à ma question : t'en est ou t'en est-pas (de la Confédération) ??? Comme je constate que tu as finalement rouvert la polémique avec une intervention bien cossue de Liban, je présume que t'en es. La Maçonnerie ne te suffisait donc pas ? Les mystères de la lettre G n'étaient-ils pas assez transcendants ? Décidément, la Maçonnerie d'aujourd'hui, c'est Chao ab Ordo !!!

    Au fait, puisque Liban alias Russon n'a pas répondu non plus à çà : c'est quand qu'elle va avoir lieu l'exposition à Avignon ? Et où exactement ? J'ai téléphoné hier soir à quelques Pays et Coteries du Vaucluse et personne n'était au courant pour le nouveau local (maintenant, ils le sont et ils sont tout à votre disposition, très cordialement bien sûr ).

    Bon, c'est pas tout çà : ce soir, faut que j'aille travailler à creuser des cachots pour le Vice. On élévera quelques temples à la Vertu demain, s'il ne pleut pas.

    Allez mes « Bons Cousins », kenavo ! DPLD !

    La Rose de Venise

    Posté par LA ROSE, 05 novembre 2005 à 17:48
  • Précisions

    Je ne suis pas informaticien.
    Je ne suis pas compagnon informaticien.
    Je ne m'appelle pas Liban.
    Mon profil figure sur ce site.

    Jiri Pragman

    Posté par Jiri Pragman, 05 novembre 2005 à 18:36
  • Pauvre Perdiguier

    Vous avez raison "tigron", Avignonnais la Vertu doit s'en retourner dans sa tombe, lui qui après s'être laissé séduire par la Maçonnerie s'en est justement écarté, lui qui prêchait la fraternité et la tolérance entre sociétés compagnonniques, mais pas le n'importe quoi... Oui, un vrai cirque au chapiteau multicolore, mais de la part de qui ?

    (Parenthèse : un Pays de l'Union m'a gentiment offert une bouteille de la cuvée Perdiguier, avec pour mission de la boire entre Coteries ; on comprend que ce brave homme d'Agricol n'ait pas souhaité rester vivre à Morières !!! Quand à l'étiquette, où était le Compagnon graphiste de service ? Et qu'est-ce que c'est que ces autocollants qui pustulent par dessus ?)

    En fait, il y a une règle toute simple à rappeler, tout aussi "lumineuse" que celles qui disent que l'on n'a pas à s'occuper de religion ou de politique en Loge : que les Maçons s'occupent de Maçonnerie, pas de Compagnonnage. Si Jiri nous avait parlé ce jour-là de l'élection des Grands Officiers de la Grande Loge de Clipperton, rien de fâcheux n'aurait été dit entre "cousins" ! Quelle drôle d'idée que de vouloir ainsi faire dans le Compagnonnage sur un blog maçonnique !

    Jiri, mon Très Cher Frère, j'ai bien reçu ton e-mail mais dis à Liban La Construction Cordiale que pour ma part, à titre compagnonnique, je n'ai pas autorité à dialoguer directement avec lui. En temps voulu, j'espère que les sociétés compagnonniques françaises (et non tel ou tel de leurs affiliés) auront à coeur de régler la question des pseudo compagnonnages (car la Confédération n'est pas la seule bande de spéculateurs à se parer des plumes du paon). Pacifiquement j'espère. A cette fin, je transmets son adresse e-mail à qui de droit.

    Ceci étant dit, il y a justement une manière simple d'éviter le problème : ce que propose la Confédération est intéressant (aurais-je dit le contraire), mais pourquoi donc vouloir l'emballer d'une tradition qui n'est pas la sienne ? Moi, je n'aurai rien à redire si on avouait tout simplement qu'il s'agit d'une nouveauté inspirée par le Compagnonnage et nourrie par la Franc-Maçonnerie. Cela ferait probablement encore hurler beaucoup de Compagnons (il faut vraiment souligner que ce genre de couillonnade ne fait que renforcer l'antimaçonnisme latent de certains), mais au moins, cela aurait la force simple et juste de la Vérité.

    Sur ces bonnes paroles, je vous quitte. Définitivement, du moins si d'autres commentaires trop couillons ne viennent pas agacer mes oreilles.

    La Rose de Venise.

    Posté par LA ROSE, 05 novembre 2005 à 19:42
  • Compagnons du tour de France

    Bonjour,

    J'ai eu l'occasion de diner cet été au restaurant des "Arts et Sciences Réunis", l'un des sièges officiel des Compagnons charpentiers du Devoir du Tour de France à Paris au 161 avenue Jean-Jaurès. Vous pouvez y aller, ce n'est pas trop cher et c'est très correct.

    Surtout, si vous le demandez au patron - et d'autant plus si vous êtes maçons - il vous fera visiter une salle en arrière du batiment, pas très grande mais très haute, ou sont entreposé quelques grands Ouvrages effectués par des compagnons. C'est tout simplement magnifique et ça vaut vraiment le détour: la pièce est principallement occupée par trois tours impressionantes de 5 metres de haut, entièrement en bois et très finement taillées comme des reproductions en taille réduite d'immenses temples imaginaires tout en colonades, ponts, tourelles, torsades, etc... D'après les commentaires d'un compagnon qui nous faisait la visite, ces tours montrent la façon dont sont résolus tous les problèmes qui se posent au charpentier.

    Sincèrement, si vous avez l'occasion, n'hésitez pas ça vaut le coup: on s'en souvient longtemps après. Je commente ça plus en détail sur ce billet.

    Guil

    Posté par Guil, 06 novembre 2005 à 19:15
  • Stop aux arnaques

    Ils ont raison la coterie La Rose de Venise et JM Mathonnière : il y en a marre des arnaques montée par les franc-maçons ! J'ai vu la fameuse exposition à Bruxelles. C'est vide. C'est rien d'autre qu'une vitrine publicitère pour ces soi-disants compagnons. Ils n'ont rien à montrer, sauf ce qu'ils ont empruntés ou qui vient des autres sociétés.

    Laissez donc les compagnons tranquilles. Le compagnonage çà vous regarde pas.

    Bordelais la Rigueur
    CCDDU

    Posté par Bordelais, 08 novembre 2005 à 20:59
  • Sans doute mieux occupé par ailleurs, je n'étais pas venu voir ces derniers jours l'évolution des commentaires… Je constate que je ne suis pas le seul à râler.
    [Je salue amicalement au passage la coterie La Rose de Venise.]

    Je suis stupéfait de voir avec quel aplomb « Liban la Construction cordiale » joue au Grand Prince et cherche à ouvrir le dialogue comme si, cependant, il détenait déjà une vérité incommensurablement supérieure à celle de ses détracteurs. Paternalisme « cordial » en plus, cela me rappelle l'attitude de supériorité absolue qu'affectent certains « guénonolâtres » (inconditionnels de René Guénon) – pour rester dans l'univers intellectuel de la Maçonnerie – lorsque pris en flagrant délit d'historicité douteuse, ils bottent en touche en rappelant la prééminence absolue des plans supérieurs de l'être… L'esprit plane bien au-dessus des misérables contingences de la matière… Qu'importe en effet l'étiquette « vrai Compagnon » à celui qui, de toutes les façons, l'est en réalité dans son cœur ?

    Propos et stratégies manipulatoires à l'envie, dignes de ceux développés par certaines sectes « clean » et réseaux pyramidaux. Au demeurant, l'analyse des textes de la plaquette de l'exposition et du site internet de la Confédération/Conservatoire compagnonnique des Métiers fournit une riche collection d'exemples quant à la manière de subrepticement gauchir un propos, tout en se donnant le beau rôle. Le summum n'est-il pas atteint lorsque citant d'un côté les trois sociétés compagnonniques authentiques, en se listant sans vergogne avec elles, on note avec amertume qu'elles ont perdu certains éléments fondamentaux de l'initiation ?

    En tant qu'historien des compagnonnages, je sais combien les filiations de ceux-ci sont compliquées, obscures, difficiles à établir avec certitude (je parle de celles d'avant la fin du XIXe siècle) ; combien également elles se sont souvent construites dans les querelles, les refus bornés, etc. Je sais aussi combien ils ont quelquefois de la peine à évoluer et à admettre en leur sein les nouvelles professions résultant des évolutions et mutations technologiques, de nouveaux regards portés sur leurs traditions. Mais tout cela ne me fera pas gober n'importe quoi ! Et encore moins lorsque ce n'importe quoi provient de milieux qui – que les Frères veuillent bien excuser ce propos fort qui n'a en l'occurrence rien d'excessif, et n'est aucunement anti-maçonnique – PUENT la Maçonnerie ! Car le problème est que pullulent dans les propos des soi-disants « Compagnons » des termes indubitablement maçonniques, alors même que non seulement on y cherche les termes compagnonniques équivalents, mais aussi qu'on y relève des erreurs et des lacunes dont la seule explication est l'ignorance crasse. Question « tuilage » (terme maçonnique employé ici en forme de pied-de-nez), ce n'est pas le brouillard, c'est le déluge !

    Une nouvelle fois, je regrette que soit ainsi entretenue la confusion entre Franc-maçonnerie et Compagnonnage. Cela est nuisible à tous. Et, toute « fraternité » mise à part, il faut dénoncer ces manœuvres.

    Jean-Michel Mathonière

    Posté par MATHONIÈRE, 10 novembre 2005 à 20:30
  • Parole de femme

    Bonjour jeunes gens,
    Je suis vieille, franche-maçonne (eh oui! même les porteuses d'oestrogènes sont férues en matière de compagnon et Cie) et spécialiste de Perdiguier (on me dit même dix-neuvièmiste).
    Il n'y a bien peu en commun entre franc-maçonnerie et compagnonnage des métiers : ni les méthodes de travail, ni les objectifs, ni le vivier socio-culturel dans lequel s'effectue le recrutement, ni l'âge des recrues, ni les conceptions de ce que doit être un engagement dans la vie associative, ni l'histoire de chacun de ces groupements par rapport à l'histoire nationale, etc..etc..
    Disons que les francs-maçons se trouvent une légitimité ouvrière en se réclamant de cette origine-là ( qui est surtout symbolique ) bien plus démocratique et au goût du jour qu'en se réclamant des luttes de pouvoir de l'aristocratie Européenne [qui a monté de toute pièce ce courant (presque secret)de pensée et de pouvoir]dont ils sont effectivement issus.
    Le Conservatoire des Métiers de Bruxelles est une contrefaçon des sociétés compagnonniques puisque chacun des Devoirs rayonne au niveau Européen sous son propre vocable ( Fédé Compagnonnique des Métiers du Bâtiment, Asso. Ouvrière des CC du Devoir, Union Compagnonnique ) et ne connaît guère ce nouveau-né.
    Le portrait de Perdiguier (souriant!!! c-à-d trafiqué) a servi d'accroche à leur encart de présentation. Si j'ai assez d'humour pour m'amuser du tripotage fait sur le portrait d'Agricol, cela en dit long sur l'état d'esprit de ce Conservatoire Belge.
    Pourquoi encore et toujours vouloir assimiler franc-maçonnerie et Compagnonnage ?
    A cause de l'ambiguité même du terme "Compagnon" ? A cause du véhicule symbolique que l'une et l'autre partagent parfois et assez succinctement ? A cause de la radicalité républicaine des loges qui se serve de l'image de l'Ouvrier comme d'une allégorie nationale et pseudo-populaire ?
    Parce que ça fait vendre ?
    Je remarque dans la liste des ouvrages proposés un seul ouvrage est écrit par un Compagnon lui-même, celui de mon cher Agricol sur ses Mémoires, tous les autres sont de francs-maçons. Où sont cités et proposés à la vente les livres des Compagnons du Tour de France qui aujourd'hui comme hier écrivent sur leur société ( le superbe ouvrage de Jean Mopin sur la maréchalerie par exemple) leur parcours de vie( Emile Langlois, Pierre le saintonge), leur ésotérisme ( Raoul Vergez).
    Pourquoi ne pas renvoyer à la Librairie du compagnonnage ou aux éditions de la FCMB ?
    J'adore poser des questions , moi qui ne suis qu'une femme, et laisser les hommes réfléchir en silence avant de me répondre.
    Folliculine.

    Posté par folliculine, 14 novembre 2005 à 17:43
  • Question de femme

    A propos des ouvrages présentés : il s'agit simplement d'une sélection effectuée par l'éditeur du Blog à partir d'Amazon.fr (lequel ne mentionne pas (encore) la qualité maçonnique ou compagnonnique des auteurs). Il faudrait éviter de voir des complots partout.

    Posté par Jiri Pragman, 14 novembre 2005 à 21:17
  • Merci Mr Mathonière !

    Non Jiri Pragman ! Il ne faut pas en rire.

    Tout sur le site de ses soi-disants Enfants de Salomon est utilisé sans que la plus petite autorisation ait été demandée aux véritables propriétaires.

    Les photos des maquettes d'abord, le titre de "Fédération compagnonnique des métiers de services" ensuite, qui semble directement plagié sur celui de Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment et autres activités, mouvement compagnonnique dont l'existence en tant qu'association loi de 1901 remonte à 1952 et qui bébéficie depuis quelques années de la reconnaissance d'utilité publique. Faut-il évoquer le blason choisi (plagiat quand tu nous tiens), en effet, ses deux mains se serrent depuis plus de 50 ans sur le blason officiel d'une autre Confédération, la Confédération des compagnonnages européens dont bien sûr ils ne font nullement partie.

    Ce site est une arnaque et "Liban la construction cordiale, compagnon !!! " de cette fumeuse confédération mériterait plutôt le mépris que la colère. Toutefois, l'entendre déclarer sans vergogne sur votre blog, le 5 novembre (après avoir, au passage, dispensé quelques "leçons d'élévation morale") qu'il avait noué des contacts fructueux et cordiaux (avant et après le vernissage) avec la FCMB et l'UC mérite le plus formel démenti. Etant le délégué général national de la Fédération, je vois mal comment ce genre de chose aurait pu m'échapper.

    Posté par Michel Esoain, 15 novembre 2005 à 15:20
  • plus je regarde les hommes plus j'aime mon chien
    dommage que dans les sociétés initiatiques les chiens restent sur le parvis.T.c.f.faites comme moi SILENCE ou SOMMEIL

    Posté par libertad, 29 octobre 2006 à 17:36
  • le métier

    considérant le travail non pas comme une obligation mais comme la mission la plus noble j'ai fait de mon métier de menuisier une passion.aspirant dans un Devoir en 1968 j'ai qitté cette société dans les années 70.En1980 pour donner un sens nouveau a la vie devenue absurde j'ai eu besoin de reprendre la route.Dans ce voyage au nom de la liberté et de l'indépendance j'ai effectué un tour de France en tant que renard.dans mon voyage en solitaire j'ai eu le plaisir de rencontrer des pays et coteries, j'en garde des bons et mauvais souvenirs,certains m'ont considérés comme Frére d'autres comme renégat.En 1990 une coterie du D.D.D.L.m'a proposé de frapper a la porte d'une Loge maconnique pour travailler A.LaG.D.G.A.D.L'U.ici aussi certains m'ont considérés comme Frére d'autres comme rigolo.Quand je lis les critiqes sur la confédération cela me fais sourire.La seule critique que je formule a la confédération est de n'avoir pas créer un Devoir independant aux autres sociétés.pourquoi pas un compagnonnage sans canne chapeau et couleur mais avec des hommes de métier.
    Toi qui laboure le bois par la gouge et le maillet,fais comme le paysan,pour que ton sillon soit droit,accroche ton fil a une étoile.
    bonne route mes fréres

    Posté par fuster, 01 novembre 2006 à 11:09
  • devenir franc maçon

    je desire rentrer en contact avec des francs maçons vauclusien

    Posté par copal, 03 octobre 2007 à 15:16

Poster un commentaire